BD-ARTCOM

BD-ARTCOM

L'image narrative, c'est notre affaire !

BD-Artstrip et BD-Artstripgallery

Saluons la naissance de deux sites innovants lancés par Christian GODARD !

Tout d'abord, bd-artstrip.com, la toute nouvelle plateforme de lecture en ligne, qui vous permet de retrouver en version digitale l'essentiel du catalogue des productions Godard et Ribera, mais aussi de quelques-uns des plus talentueux dessinateurs ou scénaristes ayant travaillé avec Christian Godard -- Achdé, Blesteau, Clarke alias Valda, Clavé, Derib, Dufranne, Goscinny, Juszezak, Mittéi, Plumail, et ce n'est qu'un début !

 

Sans plus attendre, voici la présentation de BD-Artstrip par son auteur :

  Bonjour à tous,

 Aujourd'hui n'est pas un jour comme les autres.

C'est un grand jour, car j'ai une grande nouvelle à vous annoncer.

Oyez, oyez, jeunes gens ! BROUM-BADABOUM ! Approchez, approchez ! Nous sommes le 13 septembre 2014, ce jour est le jour de la naissance d'une nouvelle plateforme de lecture en ligne de bandes dessinées!

Elle s'appelle...

http://www.bd-artstrip.com

...et vous êtes tous conviés à la visiter.

Pour ce faire, vous n'avez pas le moindre effort à faire car, sans le savoir, tandis que vous lisez ce qui précède, vous êtes déjà dedans, par l'intermédiaire de ce blog, lequel y est dorénavant « incorporé » !

Nombre d'entre vous m'écrivent régulièrement pour me demander comment retrouver telle ou telle série devenue indisponible chez les libraires, qui croulent sous la déferlante indiscontinue et folle des nouveautés, pour me poser des questions du genre: à quand une intégrale de telle autre série laissée momentanément inactive, ou encore quand ils pourront enfin découvrir la suite des aventures du « Vagabond des Limbes », qui manque, Ô combien à tous...

Je suis à présent en mesure de fournir à chacun d'entre vous l'accès à cet endroit qui va permettre, à terme, de redécouvrir la presque totalité des séries que nous avons développées au cours de nombreuses années, avec le concours de tous ceux qui sont venus nous rejoindre, scénaristes et dessinateurs mes confrères, mes amis...

Et nous ne nous limiterons pas à ce qui a déjà été entrepris. Nous mettrons également en oeuvre des nouveautés, et nous avons hâte de nous y atteler. Je vous en dirai davantage très bientôt, et notamment par quoi nous avons l'intention de commencer...

Courez-y vite ! Et faites-moi part de vos opinions, de vos réactions, de vos souhaits, de ce que vous aimeriez y trouver et qui n'y est pas encore...

Nous avons désormais l'ambition de faire de cet endroit,

http://www.bd-artstrip.com/

...un lieu tel que vous aimeriez qu'il soit.

G.

 

...En parallèle, la galerie bd-artstripgallery.com vous permet d'acheter certains albums en version papier devenus introuvables, ainsi que des planches originales, des dessins de presse, des aquarelles et des illustrations.

www.bd-artstrip.com et www.bd-artstripgallery.com : vos deux nouveaux rendez-vous BD, l'un pour lire ou relire en version numérique toutes vos BD préférées, et l'autre, pour traquer des planches originales extraites des albums que vous aimez !

 

 

CESAR ET CLEO 3

cesar & cleo

 

LA FOLLE AVENTURE DU CARRÉ, 12

 

LA FOLLE AVENTURE DU CARRÉ, 11

 

LA FOLLE AVENTURE DU CARRÉ, 10

 

LA FOLLE AVENTURE DU CARRÉ, 9

 

LA FOLLE AVENTURE DU CARRÉ, 8

 

LA FOLLE AVENTURE DU CARRÉ, 7

 

LA FOLLE AVENTURE DU CARRÉ, 6

 
 
 
 

 

 

LA FOLLE AVENTURE DU CARRÉ, 5

 

LA FOLLE AVENTURE DU CARRÉ, 4

 

LA FOLLE AVENTURE DU CARRÉ, 3

 

LA FOLLE AVENTURE DU CARRÉ, 2

 

LA FOLLE AVENTURE DU CARRÉ

 
 
 

 

 

CESAR ET CLEO 2

 

INTERVIEW PAR THIERRY TINLOT

 

D’homme à homme avec Christian Godard

(Ce texte a été publié dans le « Spécial Toupet » n° 3311, sous la direction de Thierry TINLOT, intervieweur et rédac-chef. Et a été très légèrement augmenté ici ou là, quand le besoin s’en est fait sentir).

Durant toute sa carrière, le scénariste et dessinateur Christian Godard a eu affaire à des pointures du monde de la bande dessinée. Voici son itinéraire, jalonné de huit rencontres profondément humaines. (Nous en avons ajouté une neuvième).

ÈME, jeune auteur

Là, c'est la première rencontre avec moi-même, si je puis dire, puisqu'il s'agit de l'un de mes premiers pseudos. Celui-ci, c'est tout simplement la prononciation de la 13ème lettre de l'alphabet. J'avais, en effet, maintes fois constaté que mon existence était comme "déterminée" et protégée par le chiffre treize. Aussi, lors de mes débuts, comme mes moyens étaient assez limités, j'ai préféré mettre toutes les chances de mon côté en choisissant ce pseudo dont j’espérais qu’il serait porte-bonheur. J'avais réalisé environ 300 cartoons, et UNE SEULE page de bande dessinée. À ma grande surprise, la page de BD a été retenue par un éditeur, qui m'a commandé illico un album de 15 pages PAR MOIS. Le pseudo avait fait son œuvre, mais d’une manière inattendue.

Dans le même registre, avec un autre pseudo, c'était pas la même chanson. Pour écrire mon premier polar, j'avais choisi le nom de plume « hypercutant » de… Johnny Saint-John.  J'aurais dû y réfléchir à deux fois. Accepté, dans la collection "La grenade", par une petite maison d'édition, contrat signé, j'attends fébrilement la parution. Hélas ! Juste avant, la maison fait faillite. Sur la liste, le douzième volume prévu avait eu le temps d'être publié. J'étais le treizième... Des trucs comme ça ne s’inventent pas.

Vous voulez d'autres exemples? Comptez le nombre de lettres qu'il y a dans NORBERT ET KARI. Oui. Treize. Et je ne l'ai pas fait exprès. Par contre, MARTIN MILAN, deux fois “ème”, là, prudent, c'était volontaire. Mon père s’appelait Gustave Godard (13 lettres). Ma mère Ginette Godard (13 lettres). Bon. N’insistons pas, ça devient lassant.

Plus tard, beaucoup plus tard, j'ai également utilisé un autre pseudo, mais plutôt à usage interne, cette fois. Mon fils, qui étudiait l'Histoire de l'Art à l'université, avait un prof qui prenait très au sérieux les peintres non-figuratifs, tels Mathieu, Soulages, Hartung, Pollock, Klein, Fontana et autres auteurs de toiles uniformément bleues, tailladées à coups de rasoir, ou éclaboussées de matières fécales. Et très chères. Avec mon fils, on a décidé de lui monter un plan. J'ai barbouillé quelques toiles. Et je les ai signées "Viola Manding" (violemment dingue, pour les distraits). Il les lui a montrées. Il a trouvé ça intéressant, et a qualifié l'auteur d'artiste gesticulo-conceptuel ou concepto-tachiste, je ne sais plus. Ça m'a donné l'envie de piéger quelques copains, et ça a marché à tous les coups. Mais... Le pire... c'est que j'y ai pris goût ! Alors j'ai supprimé Viola, et conservé Manding. J'en ai encadré certaines, et je les ai mises à mon mur. Je suis disposé à les vendre. Mais uniquement très cher. (Pourquoi toujours les autres ?).

GEORGES DARGAUD, éditeur

Il avait la réputation de ne pas être très au courant de ce qu'il publiait, c'est du moins ce que prétendaient ceux qui le côtoyaient de très près. C'est ainsi que, pendant des années, il m'a croisé, moi comme les autres, dans le hall de sa maison d'édition tandis qu'il baissait la tête, de crainte sans doute de m'affubler d'un nom qui n'était pas le mien. On raconte que, pour se faire une idée sur ce qu’il publiait, il demandait conseil à sa fille. Celle-ci préférait dans le journal, et de loin, « Séraphin et Angelure » de  Chakir. D’où un sourire quelque peu crispé de Goscinny, quand il rapportait la chose. Quand, beaucoup plus tard, j'ai pu faire véritablement la connaissance de Georges Dargaud, j'ai pu constater que c'était un homme affable, plutôt sympathique, et presque timide. Qui déléguait ses pouvoirs. Sans doute parce que, lorsqu'il avait débuté dans ce redoutable métier, sa véritable ambition première, d'après ce que je crois en savoir, c'était plutôt la presse féminine, et non pas la bande dessinée.

RENÉ GOSCINNY, scénariste et rédacteur en chef

Lorsque j'ai débuté dans ce métier, après dix-huit mois de service militaire (bonjour la joie !), la situation était très différente de ce qu'elle est aujourd'hui. Les journaux de BD étaient très nombreux, hebdos ou mensuels. Je m'y étais fait une place, assez difficilement, mais bref ! Je gagnais ma vie, et plutôt bien. C'est alors que l'Armée française me rappelle en Algérie, pour aller y faire une sale besogne. Me voilà obligé de laisser toutes mes collaborations en plan ! Je rentre au bout de huit longs mois, et on ne m'a pas attendu, tout est à refaire. Je refais. C'est-à-dire que, mon carton sous le bras, je refais vaillamment le tour des éditeurs. Je tombe sur une petite agence, Edimonde/Edipresse, rue du Helder, et qui vient m'ouvrir la porte, tout de suite après la standardiste ?... Goscinny, qui n'était pas encore Goscinny, si je puis dire. Il me fait entrer dans son bureau, et qui y entre cinq minutes après ?... Uderzo, qui était déjà Uderzo depuis longtemps, lui. Et qui l’a toujours été (Nuance). Qui dessinait dans la pièce d'à côté. Que je lisais et admirais quand j'étais gamin. Et qui n'était pas beaucoup plus vieux que moi, en plus. Et moi qui passais par hasard ! (Avec une barbe de trois jours, à cette époque-là, les mœurs, ma bonne dame, n’étaient pas ce qu’elles sont devenues, et ça ne se faisait pas).

 Goscinny, c'était un homme très chaleureux, à cette époque. Et drôle, toujours. D'une drôlerie très élégante, anglo-saxonne, courtoise, jamais vulgaire. Il voulait toujours voir ce qu'il y avait dans mon carton à dessins. Il m'a donné du travail immédiatement, et j'ai repris tout seul, comme un grand, un strip de Will dont il écrivait le texte (“Lily Mannequin”). Plus tard, j'ai découvert que Goscinny et Uderzo avaient repris — de main de maître — pendant mon séjour dans le bled algérien, une série que j'avais créée : "Benjamin et Benjamine". Je n'ai jamais su s'il y avait un rapport de cause à effet...

Plus tard, c'est moi qui ai proposé Goscinny chez VAILLANT, pour les scénars d'une de mes séries de cette époque : Pipsi. Quand j'y repense, ça me laisse pantois, alors qu'aujourd'hui on vient de donner son nom à une rue de Paris. Je l'ai laissé seul avec le rédacteur en chef pour parler d'argent. Au travers de la porte vitrée, j'ai entendu qu'il demandait 50 FF par page. Alors que moi, je gagnais 150 FF en tant que dessinateur... Trois fois plus. Est-ce que cela me donne le droit de demander qu'on donne mon nom à trois rues de Paris ? (C’est pour rire).

On me parle souvent des conférences de rédaction qu'il animait, à PILOTE. Personnellement, j'en garde un souvenir mitigé (pour rester courtois, vieille France et tout ça), je vais essayer d'expliquer pourquoi. PILOTE était fameusement à la mode, et venait qui voulait. Parfois, la salle de réunion était bourrée à craquer, jusque dans le couloir où des types se haussaient sur la pointe des pieds pour voir ce qui s'y passait. Il y avait plusieurs cercles concentriques, le centre étant qui vous savez. Le premier cercle était assis autour d’une grande table. Le deuxième cercle était debout, ou assis sur des chaises dérobées dans les pièces voisines. Le troisième cercle était dans le couloir (Ca n’était déjà plus vraiment un cercle, mais un amas). Le dernier cercle était au bout du couloir, et se curait le nez en parlant d’autre chose. Chacun pouvait librement proposer une idée. Elle faisait rire Goscinny, ou pas. Il disposait de plusieurs rires, selon l’interlocuteur. Il faudrait beaucoup de mots, de pages, pour restituer l'ambiance véritable qui y régnait, de plaisir, de franche rigolade, d'effervescence "intellectuelle", de stimulation. Mais aussi de "clanitude", de complots sournois au cours de réunions plus ou moins secrètes où certains se posaient la question de savoir comment éliminer tel ou tel, et de compétition. (Je n'aime pas la compétition, qu’on le sache, pour ceux qui ne me connaissent pas.). Goscinny gérait ces réunions avec une autorité certaine. Cette autorité lui était due, son talent et le sort lui avaient permis de la gagner, et personne ne la lui contestait – du moins ouvertement. Mais je n’ai jamais eu envie de lui taper sur le ventre, et personne non plus. Ces réunions hebdomadaires, je m'y suis senti longtemps à l'aise et heureux d'y être. Et puis un peu moins. Et puis de moins en moins. Et puis plus du tout. Jusqu'au jour où il a déclaré : "Vous n'êtes pas ici pour faire rire le lecteur, mais pour me faire rire moi".

Là, je me suis tiré vite fait.

GEORGES RIEU

C'est un nom bien oublié aujourd'hui, sauf des professionnels, et auquel je voudrais rendre hommage. Il était rédac-chef de VAILLANT/PIF, qui publiait des grands de la BD comme Pratt, Gotlib, Gillon, Tabary ou Mandryka, quand je suis venu lui proposer “La Jungle en folie”.  C'était un grand journal dans lequel il se passait plein de trucs. Il faut se souvenir qu'à l'époque du "gadget", il s'en est vendu jusqu'à un million d'exemplaires... Je suis sûr que certains doivent en avoir des sueurs froides en entendant ça. Merci, Georges, si tu me lis.

On me parle souvent de l'analogie que l'on peut faire entre “La Jungle en folie” et “Pogo” de Walt Kelly. Pogo, comme je ne parle malheureusement pas anglais (il va falloir que je m'y mette, parce que, sans l'anglais, sur Internet, bonjour les suées!...), tout ce que j'en connaissais, c'était quelques mauvaises traductions françaises dans des fanzines. J'en avais retenu au moins une chose essentielle : qu'il y a moyen de faire quelque chose de costaud avec peu de mouvement, grâce à un texte fort, actuel, en prise avec le réel sous les dehors du délire. C'est ce que j'ai essayé de faire, et ça a marché. Ça m'a permis également de me défouler question jeux de mots, en évitant de les mettre dans le corps du récit pour ne pas poser de problèmes de traduction, grâce aux "Pies de bas de page". Mais, Pogo, je ne connais toujours pas. Et on me ressort toujours le même truc. Par habitude, sans doute.

GREG, dessinateur, scénariste, et rédacteur en chef

Nous n'avons jamais collaboré sur une série, ce que je regrette énormément. Du temps du journal de IMA, où j'assurais les trois premières pages de l'hebdo (“Tim et Anthime”), j'avais eu l'impression que j'étais au bout du rouleau, sec d'idées. La rédactrice en chef m'avait proposé un scénariste, un certain Michel Régnier. Moi, Régnier, j’avais rien contre. Mais quand j’ai appris qu’il signait Greg les scénars de “Spirou et Fantasio” et quand j'ai jeté un coup d'œil sur l'histoire en cours, j'ai découvert un énorme diplodocus qui écrasait des maisons avec des centaines de personnages qui couraient dans tous les coins. Cela représentait un travail considérable. Cet énorme travail, pour SPIROU, c’était compréhensible. SPIROU était un grand journal. Mais pour un journal confidentiel comme IMA, ç’aurait été complètement disproportionné, vu mon salaire de misère... et pas tellement dans mes moyens de l’époque, je le reconnais. J’ai eu peur qu’il m’écrive des scénars du même genre. Je me suis dit qu'il était urgentissime que je recommence à avoir des idées... O Miracle, le monde étant bien fait par moments, je me suis aperçu que j’en avais encore quelques-unes…

La rédac’chef a décommandé Greg, qui ne m'en a jamais voulu. La preuve, il a republié la série, plus tard, dans TINTIN, et m'a ouvert en grand les pages de son journal. Ça a donné Martin Milan. (Voir plus bas).

Tu me dis, cher Thierry,  qu'il y a un "cousinage" évident entre nos deux parcours, et que, lui comme moi, on est polyvalents en tant que scénaristes, tout en étant dessinateurs. On me l'a déjà dit. Souvent. Je pense que ça n'est pas un hasard. On avait les mêmes références littéraires (les grands romans noirs américains) et cinématographiques (Hollywood, les westerns, les comédies musicales). Il a écrit des polars, moi aussi. On admirait Audiard (on n'était pas les seuls). Et, dans la vie, on avait un peu le même genre d'humour (plus grinçant chez lui). C'est la raison pour laquelle, quand on m'a proposé de reprendre (brièvement) l'écriture d' "Achille Talon", j'ai dit oui tout de suite, à la condition qu'il soit d'accord. J’ai exigé, chez DARGAUD, qu’il me l’exprime, car, à ce moment-là, il était encore vivant. On m’a répondu que ce n’était pas nécessaire, vu que Talon avait été racheté par Dargaud, et qu’il n’avait plus son mot à dire. J’ai tenu bon, et obtenu qu’on organise un déjeuner. Je tiens beaucoup à toutes ces précisions. Le déjeuner eut lieu. Il savait que s’il avait exprimé la moindre réserve, j’aurais refusé l’offre, et il n’était pas homme à ne pas dire ce qu’il pensait (mais si, il en reste quels-uns).

Comme lui, j'ai aimé avoir des responsabilités éditoriales avec la création du VAISSEAU D'ARGENT. Mais il a eu la chance d'avoir beaucoup de temps, et moi très peu, ce que je regrette énormément. Pour faire "accoucher" de nouveaux auteurs, il faut un minimum de générosité, de disponibilité, et de flair. Quand tu pousses quelqu'un dans le dos, tu le fais pour lui, car c'est lui qui en tirera les bénéfices le moment venu, pas toi. Découvrir de nouveaux talents m'a passionné (bonjour à Claude Plumail, Aouamri, Florence Magnin, Brice Tarvel, Laurent Bollée, etc). Parce que, si un jeune auteur ne rencontre pas la bonne personne au bon moment, ça ne marche pas. J'ai eu moi-même cette chance, autrefois. Et je m'en souviens.

Cela dit, on avait aussi de grosses différences, avec Greg : je n'ai jamais bu d'alcool, j'ai été prof d'éducation physique, et, pour lui, ça c'était du pur chinois ancien.

MARTIN MILAN, héros

Là, c'est une rencontre fictive, la seule de la liste, puisqu'il s'agit d'un personnage de BD que les plus jeunes des lecteurs ne connaissent probablement pas.

Quand Greg m'a proposé de travailler pour le journal de TINTIN, je lui ai demandé "Pour quoi faire?" Il m'a répondu : "Ce que tu veux." . Cette phrase, je ne l’ai pas entendue souvent. Deux fois pour être précis. Une fois avec lui, une autre avec Henri FILIPPINI. On y reviendra. Martin Milan, pilote d'avion-taxi, a été pour moi une BD en continuelle évolution. Tout d'abord franchement humo, elle est devenue, progressivement, de plus en plus... "autre chose", avec un personnage central vivant, des sentiments vrais, des dégoûts forts, un œil authentiquement critique sur ce qui l'entoure. Très vite, il ne répondait plus aux "codes" de la BD de cet endroit-là, à ce moment-là. Quand Greg a quitté la direction du journal, son successeur m'a même demandé si j'avais, dixit : "des problèmes psychologiques". J'y ai vu une certaine forme de réussite.

Martin Milan a laissé une trace, un sillon très profond dans l'esprit de très nombreux lecteurs. Au cours de séances de dédicaces, certains sont venus me trouver pour me raconter que, à cause de leur physique, on les appelait "Jérôme" dans leur école, après la parution de « Il s'appelait Jérôme ». D'autres, qu'ils étaient devenus pilote d'avion à cause de Martin. Je reste "en manque de Martin", en tant qu'auteur complet, je le reconnais. Je sais qu'il a vécu plein d'histoires depuis que nous nous sommes quelque peu quittés, et qu'un jour il viendra me les raconter. D'ailleurs je n'ai jamais eu le temps de dessiner la dernière qu'il m'ait rapportée, celle de ce vieil homme usé qui voulait continuer à jouer les cascadeurs dans le ciel. Je vais sûrement m'y remettre un jour ou l'autre, j'en ai trop envie.

JULIO RIBERA, dessinateur

     F.Magnin, C.Godard, J.Giraud et Julio Ribera

Julio, c'est un cas. Un Espagnol, faut dire. Catalan, en plus ! C'est la discrétion même, une fidélité en acier trempé, une honnêteté absolue. Le genre de type à qui tu peux confier ton chien, ton portefeuille et ta femme. Il te les rend intacts. Trente ans qu'on travaille en collaboration. Pas un seul vrai nuage. Je souhaite un ami comme ça à tout le monde. Il est, sur le plan de l'amitié et du boulot, sur le versant positif de mon existence. (Côté versant négatif, je préfère ne pas citer un autre nom, assez prototypesque, lui aussi).

On a réalisé ensemble 31 albums du “Vagabond des Limbes”, (avec les autres séries, une cinquantaine en tout). Le Vagabond, c'est une série de SF/fantastique qui est considérée aujourd'hui comme un classique. Nous l'avons créée en réaction contre un sentiment qu'on avait à l'époque, devant une certaine vacuité des séries SF existantes en ce qui concerne les scénarios, souvent maigrichons. C'est notamment grâce au succès de cette série que nous nous sommes lancés, lui et moi, dans la grande aventure de l'édition, en 1987, en créant LE VAISSEAU D'ARGENT. Initialement, on voulait s'appeler "le Dauphin d'Argent", du nom du vaisseau d'Axle Munshine, mais le nom était déjà déposé.

Pour des raisons, comment dire... de bizness, trop longues à expliquer ici, l'aventure n'a duré que quelques années, et nous a coûté très cher. On a abattu un boulot monstre,  sur plus de cinq ans, pendant lesquels je n'ai pas pu dessiner du tout. Cela a été très nuisible à ma série principale, “Martin Milan”.

Dans l'histoire, on a sûrement pris des risques inconsidérés, mais je ne regrette rien. J'ai des souvenirs fabuleux. Merci, Julio.

ALBERT BLESTEAU, dessinateur

Avant que PILOTE existe, le journal dans lequel se trouvaient tous les types que j'admirais (Franquin, Will, Peyo, Jijé, et les autres), c'était SPIROU. Un jour, sans prendre la peine de m'annoncer, je pointe mon nez à Charleroi, comme une fleur, chez Dupuis. Et cinq minutes après, je suis devant qui ? Monsieur Dupuis  en personne (il existe donc ?), qui me donne rendez-vous l'après-midi à Bruxelles, m'y présente à Peyo, me demande si je suis d'accord pour dessiner les décors de “Benoît Brisefer”, et si je suis disposé à venir m'installer à Bruxelles. Je rentre à Paris en titubant. Et je réfléchis intensément. Il me faut quinze jours bien tassés. Je n'arrive pas à me décider à travailler sur les planches d'un autre. La trouille de mal faire. Et je venais de fonder une famille à Paris. Difficile de trimballer toute ma smala. La mort dans l'âme, je décline les deux propositions.

N'empêche ! Quelques années plus tard, en 1965, je peux enfin créer “Toupet” dans SPIROU. Monsieur et Madame Dubois s'appelaient déjà Dubois (et pas Zagdansky). Le chien n'était pas le même, car je n'ai eu un boxer, un vrai, qui bave et tout, un ange, que par la suite. Elle s'appelait Trombine, d'où Trombinette, puis Binette.

Sinon, le principal y était déjà, sauf que ça n'a duré que trois histoires. Quand j'ai demandé au rédac’chef de l'époque combien je devais facturer mes planches, il m'a répondu qu'il ne s'occupait pas de ça, et m'a conseillé de facturer "comme à PILOTE". Ce que j'ai — naïvement — fait. Quelques jours plus tard j'ai reçu une lettre selon laquelle Monsieur Dupuis ne voulait plus travailler avec moi. Sans aucune explication. Il m'a fallu plusieurs coups de téléphone pour savoir que Monsieur Dupuis était outré parce que j'avais "demandé autant que Franquin". J'ai répondu que je ne pouvais pas savoir que Franquin était sous-payé...

Et paf ! Un blanc de vingt ans entre Monsieur Dupuis et moi. Une paille. À la fin des années 80, au cours d'un déjeuner avec Jean Van Hamme (DG à l’époque des éditions Dupuis) et Philippe Vandooren, ils me demandent ce que j'ai envie de faire. Moi, je dis... heu, TOUPET. (Si c'est pas de la suite dans les idées, ça !)...

Avec Albert, on s'est très vite parfaitement entendus. Il collait tout à fait avec la série. C'est un dessinateur remarquable, et d'une régularité inouïe. Ma vision des choses, qui venait de ma propre réalité, et de l'histoire de mon fils (le coup du marteau, c'est vrai; le coup du gamin qui ne veut jamais dormir, c'est vrai; Binette c'est vrai, etc) ne semble pas lui avoir posé de problème. Pour une raison simple, c'est la réalité de tout le monde. De plus, étant dessinateur, je ne demande jamais de truc impossible à dessiner (Enfin, je crois), sauf bien entendu quand c’est le dessinateur lui-même qui me le demande. N’est-ce pas, Julio ?

Toupet n'est pas, selon moi, une vraie série familiale. Plutôt une étape, dans l'histoire d'un couple, qui dure une douzaine de mois, quand un bébé arrive, qui ne parle ni ne marche encore. Les thèmes, les vrais sujets, ne dépendent pas du personnage principal. Sa fonction, disons "dramaturgique",  est de CAUSER un trouble nouveau, des catastrophes, de susciter des problèmes, jamais de les résoudre.

J'ai bien aimé associer le dessin rond et agréable d'Albert avec un ton acide et parfois agressif. J'ai toujours trouvé pléonastique d'écrire une histoire gentille avec un dessin gentil. Mon travail, je crois, c'est de surprendre, de prendre le lecteur à contrepied. Je pense qu'il aime ça, le lecteur, être surpris. (Oui, je sais, pas trop tout de même...).

Voilà. J'ai évoqué les noms que Thierry TINLOT m'a proposés.  Il aurait sûrement pu en citer beaucoup d'autres qui ont joué ou jouent encore un grand rôle dans ma vie, tels que Jean-Michel Charlier, Albert Uderzo,  Franquin, Jack Davis, Alain Saint-Ogan, est-ce que je sais !... Il fallait bien se limiter à quelques-uns! Un nom n’a pas été cité par lui, faute de place. Celui de Henri FILIPPINI. Je veux, dès à présent, lui rendre la place qui lui revient.

 

HENRI FILIPPINI, Directeur artistique et littéraire,

 

Très peu nombreux sont ceux, qui, dans ma vie professionnelle, et donc dans ma vie tout court, ont joué un rôle déterminant. Il y a eu CHARLIER, GREG, et FILIPPINI. J’ai eu beaucoup de chance de les rencontrer, ces trois-là, qui m’ont ouvert des portes quand il le fallait. Pour les deux premiers, on y reviendra peut-être, si ça vous amuse. Pour Henri, il faut savoir qu’il m’a écrit quand il n’était seulement qu’un lecteur, parmi d’autres, pour me dire qu’il aimait bien ce que je faisais. C’était à l’époque où ce que je faisais ne méritait pas tant d’honneur, mais il avait déjà le flair. Il avait dû deviner un peu ce que j’allais réussir à faire (en transpirant beaucoup) plus tard. J’imagine. Ensuite, il est devenu le plus proche collaborateur de Jacques GLENAT, puis directeur de collection chez HACHETTE. On lui avait donné un embryon de pouvoir. Il m’a tout de suite appelé. Nous nous sommes rencontrés dans un bar-tabac place de l’Opéra et, devant un Coca et une bière, m’a demandé ce que j’avais envie de faire et avec qui. Ça a fait le VAGABOND DES LIMBES, avec plus de 30 albums à ce jour, au travers de pas mal de vicissitudes. Sans lui, le Vagabond ne serait probablement pas né. Donc, pas de « Vaisseau d’Argent » non plus. Merci Henri. Il a réédité plusieurs fois son appel. C’est un fidèle, Henri. L’un des rares que je connaisse. Certains prétendent qu’il a de gros défauts. C’est bien possible, qui n’en a pas. Mais, en ces temps d’amateurisme épileptique, et d’expérimentations hallucinées, c’est également l’un des rares qui nous reste qui, lorsqu’il juge un travail, dit toujours des choses sensées, intéressantes, intelligentes et malignes. Et quand je dis l’un des rares, je donnerais cher pour connaître les autres. Il paraît qu’il va prendre ses distances avec le monde de l’édition bientôt. Je peux donc lui faire un peu de cirage de pompes, ça ne porte plus à conséquence, donc. C’est aussi le seul que j’ai surpris, plusieurs fois, tentant de remonter le moral d’un auteur larmoyant et déboussolé, de le materner et de jouer les mères-poules. Si vous en connaissez un autre, écrivez-moi. Je sais d’avance que ce n’est pas une bonne méthode pour avoir du courrier. Merci, Henri.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CESAR ET CLEO 1

 

Bibliographie

NORBERT ET KARI, textes et dessins Christian Godard

  1. Au Royaume d'Astap
  2. Le Gugusse et les petits mutins
  3. L'Île aux monstres
  4. Le Maître des Abysses
  5. L'Election
  6. La Pierre de nulle part
  7. Un Empire sur pilotis
  8. Du rififi au pays des otaries
  9. La Maison du Kloune

 

MARTIN MILAN, textes et dessins Christian Godard
 
1    Mille ans pour une agonie
2    Les Clochards de la jungle
3    Adeline du bout de la nuit
4    L'Émir aux sept bédouins
5    L'Enfant à la horde
6    Il s'appelait Jérôme
7    Une ombre est passée
8    Les Hommes de la boue
9    Destination Guet-Apens
10  L'Ange et le surdoué
11  Églantine de ma jeunesse
12  Le Cocon du désert
13  La Goule et le biologiste
 
LE VAGABOND DES LIMBES, dessins Julio Ribera et Claude Plumail
 
  1. Le Vagabond des Limbes
  2. L'Empire des soleils noirs
  3. Les Charognards du cosmos
  4. Les Démons du temps immobile
  5. L'Alchimiste suprême
  6. Quelle réalité papa ?
  7. La Guerre des Bonkes
  8. Pour trois graines d'éternité
  9. Le Labyrinthe virginal
  10. Le Dernier Prédateur
  11. Le Masque de Kohm
  12. Les Loups de Kohm
  13. L'Enfant-roi d'Onirodyne
  14. La Petite Maîtresse
  15. Le Temps des oracles
  16. Le Dépotoir des étoiles
  17. La Martingale céleste
  18. Les Contrebandiers du futur
  19. Un tramway nommé délire
  20. Un certain monsieur KO
  21. La Décharge
  22. Le Solitaire
  23. La Rupture
  24. Muskie, encore, et toujours…
  25. Le Petit Clone
  26. Le Point de non retour
  27. Le Monde à l'envers
  28. Le Carnaval des animonstres
  29. La Réconciliation
  30. Le Retour vers Xantl
  31. La Planète des prodiges

Séries dérivées du Vagabond des Limbes :

Une Enfance éternelle, dessins Carlos Gimenez

La Jeunesse d'un inconnu célèbre : Le Fils de l'Orfèvre, dessins Julio Ribera

Les Treize Transgressions, scénario Godard & Bollée, dessins Al Coutelis

 

TOUPET

1. Frappe toujours deux fois

2. Casse la baraque

3. Crève l'écran

4. Pulvérise l'obstacle

5. Attaque à l'aube

6. Fait sauter les plombs

7. Terrasse l'adversaire

8. Brise les coeurs

9. Fait tout sauter

10. Martyrise les tympans

11. Ebranle le système

12. Brûle d'impatience

13. Déclenche une tornade

14. Sabote l'autorité

15. Cravache sa monture

16. Massacre la partition

17. En prend pour perpète

18. Strike à mort

 

 

 

BD-ARTCOM.ORG

BD-ARTCOM.ORG - La BD outil de communication

 

BIENVENUE SUR NOTRE BLOG !
 
Ici, vous trouverez régulièrement des compléments d'information sur notre équipe, nos entreprises, nos réalisations, notre actualité, ainsi qu'une série de bandes dessinées inédite de strips et gags en une image, écrite et dessinée par Christian GODARD, intitulée César & Cléo .
 
Sachez dès à présent, pour vous mettre en appétit, que Cléo n'est autre qu'une plante verte...
 
Il était temps que quelqu'un se dévoue pour faire d'une plante verte une héroïne de bandes dessinées !
 
L'équipe de BD-ArtCom
 
 

Martin Milan

 
 
 

 

 

 

 

 

Blog Stats

  • Total posts(19)
  • Total comments(1)

Forgot your password?